La France, l’autre pays... des millionnaires !

JPEG - 31.1 ko

On entend à longueur de temps que la fiscalité en France ferait fuir les investisseurs, qu’il y aurait trop d’impôt, trop de charges, et que les grandes fortunes s’en iraient par milliers, assommés d’impôt sur le revenu ("confiscatoire") et d’ISF ("injuste et inefficace"). Bien sûr, les médias aux ordres des puissants relaient ces fadaises à longueur de temps. Plus grave, un certain nombre de travailleurs, et y compris de collègues, y croient. Oui mais voilà, les chiffres sont têtus !

Un récent rapport de Cap Gemini (un des leaders mondiaux de l’audit et du conseil, 180 000 salariés) vient de publier un rapport sur la France fort instructif.

Le nombre de millionnaires résidant en France a bondi de 6 % en 2015 (un chiffre record, inédit dans toute l’Union européenne), soit 30 000 foyers de plus concernés par ce "label". Ils sont désormais (officiellement) 523 000 millionnaires en euros !

Désormais la France, toujours 3 ème en Europe dans ce classement des hyper-riches, se rapproche du Royaume-Uni (2ème), tandis que l’Allemagne reste 1ère avec plus d’un million de millionnaires.

Voilà la vérité des chiffres. L’on pourrait faire la même démonstration avec l’impôt sur les sociétés dont le rendement a diminué de moitié depuis que le gouvernement PS-Medef-CFDT a pris les rênes en 2012 (pacte de "responsabilité" et CICE obligent), ramenant donc le taux réel d’IS après les différentes niches fiscales à moins de 15 % (soit un taux proche du 12 % affiché par l’Irlande et qui fait office de paradis fiscal en Europe). Mieux, pour les entreprises du CAC 40 qui dirigent en sous-main notre pays, c’est un taux moyen de 8 % (la plupart ne paient rien du tout). Et le patronat bénéficie tous les ans de 140 milliards d’aides fiscales et sociales, 1er budget réel de l’Etat !

Pour finir, le palmarès de nos millionnaires assommés d’impôts et de charges :

Liliane Bettancourt : 31,2 milliards d’€ de patrimoine ;
Bernard Arnault : 30 milliards d’€ ;
Gérard Mulliez : 26 milliards d’€.

Et on nous dira que l’accumulation du capital (donc le capitalisme) ça n’existe pas !