La FSU a été reçue par le Ministre de l’Action et des comptes publics et son cabinet

Le Ministre a confirmé la volonté du gouvernement à "mettre en œuvre la feuille de route" annoncée par Emmanuel Macron lors de la campagne électorale de l’élection présidentielle.

La FSU a tout d’abord dit son inquiétude quant à la définition du ministère qui lie la Fonction publique aux questions budgétaires laissant présager ainsi un prisme budgétaire sur les différentes questions à traiter.
Tout en considérant qu’il existe une situation budgétaire et économique qui nécessitera une « politique de la réalité », qu’il y a aussi un engagement du Président à réduire les déficits publics à 3%, le Ministre affirme vouloir faire autre chose que de la comptabilité pour la Fonction publique. Il considère qu’à l’inverse de nos inquiétudes, la constitution du ministère en ces termes permettra à la Fonction publique d’être mieux entendue lors des arbitrages budgétaires. Néanmoins il dit attendre le rapport de la Cour des comptes pour avoir une visibilité en terme de moyens.

Le Ministre a précisé vouloir pratiquer avec pragmatisme : comment faire la modernisation des services, regarder les moyens qui peuvent être pris ou mis ... Il a affirmé vouloir établir un dialogue social de qualité avec les organisations syndicales pour mener les discussions et prendre les mesures.

La FSU a dit son désaccord concernant un certain nombre de mesures prévues si elles devaient être appliquées : suppressions d’emplois, rétablissement de la journée de carence, augmentation non uniforme du point d’indice...enfin, elle a particulièrement dit ses craintes pour l’avenir de la Fonction publique territoriale et ses agents (temps de travail, flexibilité, précarité, remise en cause du statut...).

Concernant le rendez-vous salarial, il n’y aura pas d’augmentation du point d’indice en 2017 (le Ministre rappelant qu’il y a eu 0,6% d’augmentation en février).
Par contre un rendez-vous est prévu pour discuter par exemple des mesures à prendre pour compenser l’augmentation de 1,7% de la CSG (contrairement au privé E. Macron a annoncé vouloir baisser les cotisations de 3%, permettant d’augmenter le net, rien n’est calé sur le niveau de la compensation ni sur les modalités pratiques pour la Fonction Publique).
La FSU a demandé que soient intégrées à ce rendez-vous des discussions pour poursuivre l’amélioration des carrières commencées avec PPCR.

La FSU a demandé également l’ouverture de discussions afin de mettre un terme à la précarité dans la Fonction publique.
Elle a proposé son plan de pré-recrutement afin de rendre la Fonction publique plus attractive.
Elle a enfin porté particulièrement 2 sujets à mettre en chantier :

  • un plan de formation ambitieux pour toutes et tous les agents ;
  • la nécessité de revoir le « management » pour définir un pilotage spécifique à la Fonction publique. Le ministre s’est dit « intéressé » par nos propositions et prêt à en rediscuter.

Une nouvelle rencontre est prévue à la mi-juillet.
Il a aussi annoncé la tenue d’une instance statutaire (CCFP) qu’il présidera vers le 10 juillet.

Par ailleurs, la FSU prendra un rendez-vous avec son cabinet pour approfondir ces questions et en aborder d’autres (apprentissage, action sociale, égalité professionnelle femmes-hommes, santé au travail ).