Retrait des ordonnances !

Facilitation des licenciements, décentralisation de la négociation collective, fusion des instances représentatives du personnel, possibilité de négocier sans délégués syndicaux, plafonnement des réparations des licenciements abusifs aux prud’hommes, accroissement des inégalités des droits entre travailleurs des grandes et petites entreprises, n’en jetez plus la coupe est pleine …

Dans la voie tracée par la loi dite El Khomri, l’inversion de la hiérarchie des normes s’accentue laissant une plus grande liberté aux entreprises pour négocier et déroger aux accords de branche. De nombreuses TPE et PME pourront désormais changer plus facilement les règles du jeu sur une prime d’ancienneté par exemple. Auparavant, ces entreprises devaient appliquer les règles établies par leur branche d’activité ou à défaut par la loi...

Lire la suite...

 

Pour sa part, la FSU-Finances, constante dans ses analyses et ses positions, n’a ni varié sur son analyse, ni sur les conclusions qu’elle en tire.

Nous exigeons donc :

- l’abrogation de la loi Travail - El Khomri ;
- le retrait des ordonnances de la loi Travail - Pénicaud !

Concernant maintenant les moyens pour y parvenir, nous appelons de nos voeux à la reformation du bloc de défense des travailleurs qui s’était créé en 2016 à savoir l’intersyndicale FSU-CGT-FO-SOLIDAIRES (avec l’UNEF et la FIDL) sur ces mots d’ordre clairs.

Quant à l’aune de l’expérience que nous avons tirée de ce long mouvement social qui a vu la convocation de pas moins de 14 journées d’action, nous en arrivons donc à la conclusion qu’il va falloir bien plus que des journées de grève et de manifestation par-ci par-là pour faire reculer ce gouvernement des riches, par les riches, et pour les riches et qui annonce comme prochains chantiers, pas moins que :

- la liquidation de l’assurance chômage, comme relevant d’un droit (principe assurantiel) ;
- le basculement de centaines de milliers de salariés du statut salarié (avec des droits) au statut d’auto-entrepreneurs (sans droits et corvéables à l’infini) ;
- la liquidation de la retraite par répartition et des régimes spéciaux et des fonctionnaires par la mise en place d’un régime unique par points ;
- et la liquidation pure et simple de la Sécurité sociale par la fin du salaire différé (suppression des cotisations salariales et patronales de maladie) ouvrant des droits illimités par le mécanisme de la solidarité, et l’augmentation de la CSG (qui est un impôt n’ouvrant aucun droit, comme tous les impôts) et dont Macron a déjà annoncé qu’elle pourrait désormais être affectée en partie aux collectivités locales et non plus au budget de la Sécu !

La FSU a déposé un préavis de grève dans toute la fonction publique pour la journée du mardi 12/09/2017 pour tous les agents publics qui souhaitent rejoindre les manifestations, sans appeler ouvertement à la grève car comme nous l’avons indiqué, nous restons persuadés qu’il faut reformer d’urgence l’intersyndicale sur des bases claires et envisager autre chose que des journées d’action éparses.

IL FAUT LES ARRÊTER !