Comité technique ministériel du 11 octobre 2017 :
Austérité pour 2018, 2019, 2020...

Au lendemain de la journée de grève du 10 octobre, les ministres ont présenté les moyens dont disposeraient les services des ministères économiques et financiers.

C’est une vraie peau de chagrin que la FSU-Finances dénonce et ne peut accepter.

En pleine annonce de cadeaux fiscaux pour les super riches, les ministres nous présentent l’addition qu’ils souhaitent nous faire payer.

Les suppressions d’emplois inscrites au Projet de loi de finances 2018 s’élèvent à :

  • DGFiP : 1600 dont : A+ : - 126, A : - 635, B : -1625 C : + 786
  • Administration centrale : 107
  • INSEE : 82
  • DGCCRF : 45.
  • Seule la Douane bénéficiera de 200 emplois.

Les crédits de personnel en baisse :

  • -85 132 303 € à la DGFiP,
  • -7 526 921 € au Secrétariat général,
  • sauf à la DGDDI ( + 22 895 946 €).

Autres chiffres annoncés :

DGFIP :

La garantie individuelle de pouvoir d’achat (GIPA) est chiffrée dans la PLF 2018 à 24 493€ pour 625 agents bénéficiaires à la DGFiP.

Le passage au 9ème échelon de l’ex échelle 6 de la catégorie C est évalué à 2,6 millions d’euros en année pleine pour 1477 agents bénéficiaires.

L’impact du jour de carence est évalué à 5,8 millions d’euros.

Le coût total du projet de prélèvement à la source est évalué à 171,6 M€.

Coût des applications informatiques :

  • SIRHIUS a dépassé le budget initial de 72% (130 M€).
  • L’application PAYSAGE relative aux payes a dépassé le budget initial de plus de 100%.
  • L’application ENSAP (espace numérique sécurisé de l’agent public de l’Etat) avec un coût de près de 21 M€ a dépassé le budget initial de plus de 32%.

Les prévisions concernant le budget de la DGFIP pour 2019 et 2020 sont annoncées comme pires que 2018 : 8 134 000 000 €

  • 2019 : 8 074 000 000€
  • 2020 : 8 002 000 000€