Journée d’affluence record au SIP d’Ajaccio !

Une file d’attente s’étalant jusqu’au milieu du parking, 600 à 700 personnes environ, + 1 observateur, le DRFIP M. de Molliens ;
Des contribuables qui attendaient dès 7h30, d’autres arrivés à 8h30 et reçus à 11h, et ceci malgré la participation de tous les collègues présents, y compris des services de direction ;
La caissière, contrainte une fois de plus à fermer la caisse à 13h30 au lieu de 11h45, comme toute la semaine précédente, après avoir subi quelques agressions verbales en prime une fois de plus.

On constate une fois de plus que malgré les consignes de l’Administration vantant les démarches numériques (internet, e-contact) les contribuables préfèrent se déplacer.
Et une fois de plus on constate que le SIP d’Ajaccio manque cruellement d’effectifs, et pour recevoir les contribuables, et pour traiter les demandes par internet (800 demandes en attente sur e-contact), courrier ou téléphone.

Il est anormal qu’on oblige les agents à travailler dans ces conditions, et que le service public rendu aux usagers soit ainsi dégradé.
Les agents sont épuisés ; alors qu’ils arrivent tout juste à traiter le courant, malgré les aides extérieures (Direction, Equipe de Renfort), on leur en demande toujours plus.

Vu l’annonce de 5 suppressions d’emplois qui ne pourront que dégrader encore la situation du département, nous craignons de nouvelles journées d’affluence à l’image de celle-ci.

Plutôt que de nouvelles suppressions d’emplois que nous ne pourrons supporter sans risques graves pour la santé des agents, nous demandons une fois de plus que les emplois vacants soient pourvus, et qu’il en soient même créés de nouveaux :
Les agents ne supporteront pas indéfiniment cette dégradation de leur environnement professionnel, et feront valoir leur droit de retrait !